Café lecture à la Diligence 02 11 2021

Publié le par Alain

Etaient présents 11 lecteurs autour de boissons chaudes et froides Claudine, Sylvie, Christophe, Mijo, Jocelyne Marchand, Joelle, Claude, Alain, Marie Gaborit d’Onnion, Yves, Chantal.

Christophe : « Algues Vertes l’histoire interdite » BD de la journaliste Inès Léraud, illustrée par Pierre van Hove. La mort de plusieurs animaux et aussi des malaises d’hommes interroge. Un médecin enquête, on constate que les algues vertes dégagent un gaz très toxique, nocif pour la santé et sont créées par des effluents venant notamment d’élevages de cochons. Discussion animée autour du sujet où les intérêts conjugués de la FNSEA, de grosses coopératives, soutiennent les éleveurs, le problème n’évolue pas et coûte très cher aux communes chaque année pour le nettoyage des plages.

Marie Laurencin

Jocelyne : Marie Laurencin de Flora Goult. Née en 1883 morte en 1956, on y découvre la place des femmes souvent dans l’ombre, dans l’art. A l’époque bouillonnante du Bateau Lavoir elle a fréquenté artistes peintres et littéraires, a eu une vie amoureuse avec Apollinaire. C’est une peintre intimiste, qui avait beaucoup de caractère.

Mijo : « Les morts ne nous aiment plus » de Philippe Grimbert. Suite au décès de sa femme qu’il aimait beaucoup, il assiste à une conférence sur le deuil. Un auditeur lui laisse sa carte de visite, il n’arrive à faire le deuil, il fait un malaise et doit porter un pace maker. Il recontacte plus tard l’auditeur qui est inventeur d’un système d’intelligence artificielle qui permet de communiquer avec les morts en les voyant sur écran et en parlant. Le système a ses limites et semble lier à des pratiques financières plus ou moins honnêtes.

Yves : « Enfant de salaud » de Sorj Chalandon. C’est le père de l’auteur, qui raconte tout un tas de mensonges sur des faits de guerre qu’il n’a pas vécus, pour se faire mousser. Tandis que l’auteur découvre petit à petit la vérité, le procès Barbie s’ouvre et Sorj Chalandon qui est reporter le couvre en même temps. Il y a des similitudes de personnalités, Barbie qui se défile et du père de l’auteur toujours dans la fuite de la vérité. Passionnant, bien écrit.

Claude : BD « Gustave Courbet » de Houot. Gustave Courbet est l’auteur de la colonne Vendôme, à Ornans dans le Doubs de trouve le musée Courbet où Claude a acheté ce livre. On y apprend les rapports de Courbet avec ses mécènes, le dessin est tout à fait dans l’esprit du XIXe siècle.

« Sur les routes de la musique » d’André Manoukian. L’auteur a regroupé des émissions qui sont passées sur France Inter, il y a de l’humour, virtuosité de l’écriture. Il y parle notamment des études acoustiques dans les églises non prises en compte en France mais qui intéressent les Anglo-saxons.

Chantal : « Ce matin-là » de Gaëlle Josse. Une jeune femme compétente, investie dans la société de crédit qui l’emploie se réveille un matin sans envie d’aller travailler. Elle connait un sévère burn-out qui la coupe de ses collègues, amis, amour. Puis retrouvera le goût de vivre très lentement grâce à une amie. A la médiathèque.

Sylvie : « Comme nous existons » de Kroutar Harchi. Récit autobiographique d’une sociologue, de parents marocains, a vécu dans la région de Strasbourg. Il y a l’amour des parents très simples, qui font des ménages, mais choisissent de meilleures écoles pour leur fille , hors de son quartier, un collège catholique mais elle ne s’y sent pas à sa place et ressent le racisme et n’en parle pas à ses parents. En fac elle retrouve les jeunes de son quartier, elle parle avec ses copines du port du foulard, la loi qui interdit le port du voile n’est pas libératrice, elle stigmatise. L’auteure a écrit essentiellement des ouvrages de sociologie, s’est engagée contre le racisme et contre le sexisme. Discussion sur le sujet de la différence de civilisation, de peau, de cheveux, sur la difficulté rencontrée pour trouver coiffeur adapté aux cheveux crépus, produits de maquillage pour peau noire.

Alain : « Paysan résistant » de Benoit Biteau. C’est un témoignage sur son parcours pour rendre BIO l’exploitation héritée de son père qui était cultivée avec du maïs OGM, beaucoup d’eau, une aberration. Vice- président du conseil régional Poitou-Charentes il évoque les bâtons dans les roues mis par le crédit Agricole, la chambre d’agriculture, la FNESA, les lobbies, malgré tout il réalise son projet. Ironie du sort il reçoit un prix à partager avec un autre agriculteur Bio de la part du Crédit Agricole. C’est une analyse de l’agriculture traditionnelle avec produits chimiques qui détruit la biodiversité. Très intéressant.

Marie : « L’homme Chevreuil sept ans de vie sauvage » de Geoffroy Delorme. Amoureux de la nature, il a eu peu de communication avec ses parents dans sa jeunesse. Il découvre les animaux et va vivre dans la forêt où il fréquente des chevreuils. Son histoire est contestée dans la mesure où il n’aurait pas vécu de façon permanente en forêt mais par périodes.

Prochain café lecture mardi 7 décembre à 20 h à la Diligence qui rouvre ce jour-là
 

Livres prêtés :

Algues vertes à Joëlle

Les morts ne nous aiment pas à Jocelyne

Marie Laurencin à Joelle

Gustave Courbet à Claudine

Sur les routes de la Musique et HK à Marie

De pierre et d’os de Bérengère Cournut à Mijo
 

Evènements prochains infos

Novembre Musical du 5 au 14 novembre à bonne, Cranves-Sales, Lucinges, St Cergues, Machilly

« Debout les femmes » film de Gilles Perret et François Ruffin le 23 novembre à Thonon. À la Roche sur Foron le 5 à 18 h 30, le 6 à 21 h, le 9 h à 21 h.

Festival anti brouillard à St Julien du 3 au 28 novembre, expos, théâtre, musique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :