Café lecture réuni chez Hélène 01 06 2021

Publié le par Alain

 

Quel bonheur de se retrouver « pour de vrai » chez Hélène qui nous accueillait sur sa grande terrasse à Villard ! Il faisait grand beau cet après-midi du 1er juin. Nous étions 10 lectrices et lecteurs : Hélène Claudine, Catherine P, Madeleine, Joëlle, Alain, Anne, Christophe, Yves, Chantal.

Maryline Desbiolles

Madeleine : « Rupture » de Maryline Desbiolles, la catastrophe du barrage de Malpasset. François venu d’Ugine pour y travailler découvre la beauté de la Provence et l’amour. Madeleine l’a trouvé intéressant mais ce n’est pas le meilleur de cette auteure qu’elle appréciée beaucoup, comme « Une femme drôle » où l’auteure rend hommage à Zouc.

« Chaudun la montagne blessée » de Luc Bronner ancien directeur du Monde. C’est une enquête sur ce village vendu aux Eaux et Forêts faute de pouvoir y vivre décemment, puis le reboisement qui en fait un paradis pour les botanistes.

« Un enfant » de Thomas Bernhard né en 1931 mort en 1969. Les liens avec son grands-pères, les relations entre l’Allemagne et l’Autriche, sa souffrance du complexe de l’émigré et le contexte politique expliquent son caractère sombre.

Catherine Peters : « Un Jardin au désert » de Carine Fernandez. Une fresque familiale sur 4 générations au Moyen-Orient. Rencontre du personnage principal Talal avec son jardinier venu d’Egypte.

Claudine : « Sérotonine » de Michel Houellebecq. Claudine a choisi ce livre pour connaitre cet auteur plutôt sulfureux. Un personnage alcoolique, dépressif, rancunier, homophobe, un ingénieur agronome qui revit ses amours anciennes, les femmes c’est un sexe. C’est crû mais une bonne écriture.

Hélène : « Le tigre blanc » d’Aravind Adiga. Balram Halwai, remarqué par l’un de ses professeurs impressionné par son intelligence aussi rare que ce félin exceptionnel. Il quitte son Bihar natal miséreux, corrompu et violent, à Dehli il découvre l’opulence. D’abord serviteur scrupuleux il bascule dans le vol, le meurtre pour accéder au plus haut niveau.

« La balade nationale » BD de Sylvain Venayre historien et Etienne Davodeau. C’est le premier tome de « histoire dessinée de la France » en 20 volumes. Chaque fois un historien différent, explique l’Histoire et démontre la façon dont elle est falsifiée à des fins politiques, c’est ainsi qu’elle est étudiée en classe. Beaucoup d’humour aussi. Plusieurs volumes à la médiathèque.

Christophe : « Résilience » BD en 4 volumes, science-fiction, de Lebon et Poupelin. Anticipation écologiste : un vaste réseau clandestin baptisé la Résilience diffuse des semences et des idées libres.

Chantal : « Sans Haine sans armes sans violence » de HK. Rêvons à voix haute pour des utopies généreuses et démocratiques. Avec des textes de chansons de HK. C’est une dynamique vers des possibles si l’on s’y met ensemble.

« Là où nous dansions » de Judith Perrignon. Détroit depuis sa montée en puissance avec la construction automobile, ses quasi esclaves du travail, principalement des Noirs, puis son déclin jusqu’en 2013 quand le quartier noir est rasé pour faire place de nouveau au capitalisme revenant en force. C’est aussi la vie de tous ces groupes de chanteurs et musicaux sous le label Motown, une vie très chaleureuse dans ce quartier, des personnages hauts en couleur. Un roman magnifique et une belle écriture. A la médiathèque.

« Délit de gosse » d’Isabel Ascencio, un scénario rocambolesque plein d’humour, où un couple de femmes veut avoir un enfant. Appréciée pour son originalité, l’auteure sera présente à la médiathèque en octobre et plusieurs exemplaires circulent.

Joëlle : « Petit manuel de survie démocratique » Hélène l’a acheté au site-mémorial du camp des Milles, près d’Aix en Provence. Ce camp a d’abord été utilisé pour enfermer les Allemands non coopératifs et des Juifs pendant la guerre de 1939 à 1942. Le musée raconte le contexte de la guerre, comment on peut résister, d’où vient le racisme. Un réseau scientifique international créé par la Fondation du Camp des Milles et l'Université d'Aix-Marseille a été reconnu comme "Chaire Unesco" en 2013.

Anne a lu « L’art de perdre » d’Alice Zeniter et « La discrétion » de Faïza Guène dont on a déjà parlé et qu’elle a appréciés.

Yves : « Les passions douloureuses » France Algérie de Benjamin Stora. Une commande d’Emmanuel Macron en 2020 pour un rapport sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie, ainsi que sur les moyens de favoriser une réconciliation entre la France et l’Algérie. L’auteur s’est appuyé sur des archives, sur une importante bibliographie et a rencontré de nombreux interlocuteurs de tous bords.

Livres prêtés :

« Rupture » à Hélène.

« La balade nationale » à Joëlle

« Un enfant » à Alain

« Le tigre blanc » à Catherine P

« Sans haine sans armes sans violence » à Madeleine

« Résilience » 4 volumes à Joëlle

Prochain café lecture mardi 6 juillet dans un autre jardin à définir ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :