Café lecture UPVV en visio conférence 13 01 2021

Publié le par Alain

Une première expérience avec des aléas. Annie n’est pas apparue dans la lucarne mais a pu s’exprimer, Martine était visible mais inaudible elle entendait tous les intervenants et a donné des avis par « chat », Olga est restée en image fixe avec impossibilité de se faire entendre, elle a donc renoncé. Selon les lieux où on habite dans la vallée Verte tout le monde n’est pas à la même enseigne pour la qualité de connexion.  Après des mois sans rencontre du café lecture de l’UPVV, « jitsimeet » a permis de faire part de ses derniers coups de cœur et de débattre dans la convivialité. Catherine R., Alain et Joëlle, Claudine, Yves et Chantal, Madeleine, Claudius, Michèle, Annie ont échangé sur plusieurs de leurs coups de cœur.

Catherine R « Girl » d’Edna O’Brien, où l’auteure se met littéralement dans la peau d'une jeune Nigériane enlevée par Boko Haram, traitée comme esclave elle arrivera à s’échapper. Son retour au village natal est désastreux car elle est souillée, considérée comme sorcière, elle est rejetée, mais elle est recueillie dans une école, la fin est positive.

Madeleine se passionne pour « les hommes de la liberté » de Claude Manceron » elle a lu le 1er tome d’une saga qui en comprend cinq, de 1774 à 1789, commence avec l’avènement de Louis XVI « les 20 ans du roi » très foisonnant, grande fresque. Madeleine donne un tuyau intéressant, elle s’est procuré les 2 derniers tomes par « label Emmaüs » la boutique solidaire en ligne où l’on peut commander des livres et toutes sortes d’objets. L’auteur était polyo, passionné d’Histoire.

Margareth Atwood

Claudius, Claudine, Catherine, Martine échangent sur deux livres de Margareth Atwood, « la servante écarlate » et « les testaments ». Des femmes esclaves au service d’un maitre pour procréer, négation de la personne. Il en ressort que ces romans ne recueillent pas un avis très positif, Claudine a trouvé ennuyeux, ça m’a fait suer. Martine trouve la servante écarlate trop science-fiction, Catherine le considère postapocalyptique dans la veine de 1985 d’Orwell.

Claudine lit en ce moment « Une Vie » une autobiographie de Simone Veil, ministre de la santé, très bien écrit, elle retrace sa vie et celle de ses parents morts en camp.

Annie parle de « Chanson douce » de Leila Slimani prix Goncourt 2016 qui montre l’impossibilité de reconnaissance entre les classes sociales différentes, couple branché qui sélectionne une nounou, qui faute d’être réellement estimée tuera les enfants, peinture sociale ressentie comme artificielle par Martine, sans empathie pour les personnages.

Chantal a découvert Alice Ferney auteure de « Grâce et dénuement » qui parle des femmes avec empathie.  Une bibliothécaire vient faire la lecture à de jeunes gitans tous les mercredis, elle apprivoise aussi les mères et la grand-mère Angeline qui règne sur ses 5 fils et leurs épouses. La bibliothécaire leur donne le goût de la lecture et l’envie d’aller à l’école, une expérience difficile pour celle qui entre dans un monde qui n’est pas le leur. La personnalité de la grand-mère est particulièrement attachante, faisant réflexion sur les valeurs de famille, de la vie, de la mort.

Michèle vient de découvrir Eric Orsenna avec « Madame Bâ » elle en parlera plus tard.

Claudius a tenté de se plonger dans « Les Furtifs » d’Alain Damasio, dans un monde projeté dans l’avenir où tout est connecté. Malgré une très belle écriture, n’a pas eu envie de poursuivre la lecture, n’a pas accroché.

Joëlle et Alain présentent « Sans haine, sans armes, et sans violences » c’est à la fois une chanson de HK et un texte qui donne la parole à ceux qui ne l’ont pas d’habitude, une fable contemporaine sur l’engagement à construire le monde où l’on aimera vivre après l’expérience du Covid.

Rappel de « Celle qui n’était pas sage » de Geneviève Legay, une militante maltraitée à la manif de Nice.

Alain, « Change ton monde » de Cédric Herrou, jeune paysan de la vallée de la Roya. Voit la misère des migrants à Vintimille et accueille des migrants dans sa ferme pendant 4 ans de combat. Il va de procès en procès avec les élus et la préfecture des Alpes Maritimes.

Yves, « Rachel et les siens » de Métin Arditi retrace la saga d’une famille juive de Palestine qui vit en bonne intelligence avec des Arabes chrétiens en 1917. L’Histoire casse cette entente, mais Rachel crée des pièces de théâtre où elle met en valeur la réunion des Palestiniens et des Juifs dans un même pays, une saga passionnante qui va de la Palestine, à la Turquie, à la France pour revenir à Jaffa. À la médiathèque comme beaucoup de livres évoqués.

Joëlle « La terre parle arabe » un DVD que l’on pourrait visionner quand il sera possible de se réunir.

Claudius. « Apeirojon » de Colum McCann. Deux pères l’un Palestinien, l’autre Israélien se battent pour la paix, ils ont perdu leurs filles dans cette guerre qui n’en finit pas. Les époques se mélangent, une forme géométrique complètement éclatée, une écriture incroyable.

Yves « Blue Giant » de Ishizuka Shinichi Manga en 10 volumes. L’histoire, les aventures, les progrès d’un jeune ado à la sortie du lycée qui veut devenir le plus grand joueur de saxo au monde en jazz, dans un Japon qui ne connait pratiquement pas ce genre de musique. Très bon style de dessin où on ressent les vibrations musicales. Les 2 premiers tomes se trouvent à médiathèque, Y et C ont lu la suite prêtée par leur petit-fils Mimo dessinateur de Manga qui a rencontré l’auteur au festival de la BD à Angoulême.

Catherine, « La commode aux tiroirs de couleurs » d’Olivia Ruiz. Un plaisir de découvrir cette autobiographie et la famille de la chanteuse d’Espagne à Marseille dans un récit très vivant, filiation entre toutes les femmes de la famille, c’est une chanteuse très chaleureuse.

En conclusion, cette expérience en visio conférence s’avère conviviale, on voit la personne qui parle. A améliorer pour récupérer ceux qui n’ont pas pu s’y inclure.

Le prochain café lecture en visio avec « jitsimeet » aura lieu mardi 2 février à 20 h sauf contre temps.

Si vous avez raté la conférence de Gaël Giraud en live sur YouTube le vendredi 15 janvier à partir de 18h30, organisée par les associations écologistes des grandes écoles ENS Cachan, HEC, Centrale et Supelec, on peut trouver d’autres conférences de lui sur You Tube.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :