Café lecture chez Joëlle et Alain 07 07 2020

Publié le par Alain

Cette soirée débutait dehors autour d’un casse-croute pour échanger sur les perspectives d’animations à partir de septembre. Le rassemblement Coquelicots peut avoir lieu le 5 septembre, mais la venue de Michèle Keszei, la présentation de street art avec Khamel, la conférence sur le lac Baïkal, et d’autres animations restent en suspens en fonction de l’évolution des dispositions sanitaires qui ne cessent d’évoluer.

Etaient présents Michèle, Anne, Martine, Madeleine, Yves, Claude, Catherine P, Catherine Martin, Françoise Georges, Olga, Sylvie, Joëlle, Alain, Chantal.

Martine : Sous le vent du monde de Pierre Pelot. Regroupe 5 livres, c’est un pavé, 5 tableaux de la saga de l’homme dans ses étapes, on est embarqué, passionnant.

Yves : J’aurais pu devenir millionnaire j’ai choisi d’être vagabond d’Alexis Jenni. Venant d’Ecosse aux USA avec sa famille John Muir décide de vivre en autonomie dans la nature. Il part à pied en Floride, puis en Californie. Figure mythique aux Etats Unis il est le créateur du parc national de Yosemite, il donna des conférences et s’interrogea sur le sens de la vie.

A Michalik

Anne : Loin d’Alexis Michalik, auteur de théâtre c’est son premier roman. Des histoires qui s’imbriquent comme dans son théâtre (Le cercle des Illusionnistes par le Théâtre du Torrent que l’on a vu à la Ferma de Boëge). Histoire d’un homme bien tranquille qui reçoit une carte postale 20 ans après la disparition d eson père, qui l’entraine dans un périple en Autriche, à Berlin, en Turquie, Arménie, vers ses origines.

Joëlle : Femmes sans Merci de Camilla Lackberg. Polar, 3 femmes prisonnières de leur mariage qui ne se connaissent que par internet, élaborent un plan pour éliminer leurs bourreaux pour réaliser un meurtre parfait.

Michèle : L’homme au ventre de plomb de Jean-François Parot. Polar écrit comme au XVIIIè siècle.

Catherine P : Le pont de Ran-Mositar de Franck Pavloff. Un pont qui relie deux parties d’un pays des Balkans, à la fois lien et lieu de conflits, dans un climat de douleur et de haine la reconstruction est-elle possible ? Auteur aussi de Matin Brun.

Chantal : Une joie féroce » de Sorj Chalandon. Suite au cancer du sein de sa femme et à son cancer de la prostate, ce roman est un hommage à la sororité, solidarité entre 4 femmes atteintes du cancer et en mal d’enfant pour des raisons diverses. Elles organisent un holdup pour récupérer l’enfant de l’une d’elle. L’histoire est rocambolesque et on se laisse embarquer.

Alain : Tarap. Une vallée dans l’Himalaya de Corneille Jest 1974. Un livre de Claudine . Nombreuses photos, poèmes et vie des habitants avec transactions par troc sans monnaie.

Alain : Indio de Cesare Battisti policier roman noir, le découvreur du Brésil n’est pas Christophe Collomb.

Sylvie : La Mère de Pearl Buck décrit les traditions rurales en Chine où l’auteur a vécu. Elle fit connaitre la Chine aux Occidentaux à travers ses romans et reçut le prix Nobel de littérature en 1938.

Joëlle : Pavillon de femmes de Pearl Buck.

Sylvie : Une vie chinoise de Li Kunwu et P.Otié BD 3è tome « le temps  de l’argent », époque contemporaine. Les chinois sont fiers de ce que la Chine est devenue, de l’évolution de leur pays. Récit autobiographique, la Chine racontée de l’intérieur.

Olga : La princesse de Clèves de madame de La Fayette, roman historique datant de 1678 à la cour d’Henri II.

Michèle nous fait part des difficultés que rencontre un jeune Pakistanais de 19 ans qu’elle héberge et n’arrive pas à avoir ses papiers. Il a obtenu le bac avec mention. Le Coworking Café d’Annecy tenu par une Ukrainienne offre de nombreux services et des salles à disposition où ce jeune a pu rencontrer un avocat.

Madeleine a regardé beaucoup de théâtre, opéras pendant le confinement. A voir sur la 5 en Replay « Les Damnés » de Visconti captation excellente du festival d’Avignon.

Livres prêtés :

Les oubliés du dimanche à Olga

Les témoins de la mariée à Chantal

Loin à Joëlle

Femmes sans merci à Olga

Sylvie signale le rassemblement citoyen du 14 juillet à 11h devant la mairie d’Annemasse en soutien à toutes les travailleuses et tous les travailleurs qui ont permis à la France de traverser la crise,  suivi  du pique-nique citoyen au parc Montessuit à 12 h 30.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :