Café-lecture du 6 septembre 2016

Publié le par Alain

Naples Années 50
Naples Années 50

Café-lecture du 6 septembre 2016

14 présents

Catherine : Mathias Malzieu « la mécanique du cœur ». Un récit autobiographique sur un enfant dont le cœur gèle. La sage-femme sauve l’enfant en remplaçant le cœur par une horloge qu’il faut remonter chaque matin. Conte initiatique cruel et merveilleux à la Tim Burton.

Anne : « le quatrième mur » de Sorj Chalandon. Samuel veut mettre en scène Antigone à Beyrouth avec des acteurs de différentes communautés qui se déchirent. Beau livre sur la tolérence.

Christophe : Bernard Werber « troisième humanité ». un scientifique engagé par le président de la république pour préparer la troisième humanité suite à une pandémie qui a tué beaucoup de monde. Un livre qui questionne le monde, avec un côté scientifique et humoristique, sur notre devenir sur notre planète.

Annie : « l’amie prodigieuse » de Elena Ferrante. Auteur italienne, n° 1 d’une trilogie. A Naples dans les années soixante, dans les quartiers pauvres, dans un environnement mafieux, l’histoire de 2 amies ayant une relation un peu malsaine. Récit entre les 10 et 16 ans des héroïnes. Des questionnements par rapport à l’école, au rôle de l’argent, à la littérature, à la vie quotidienne et à l’évolution différente de chacune des 2 amies.

Claude : Didier Van Cauwelaert « on dirait nous ». Histoire d’un couple, elle violoniste, lui glandeur professionnel. En dehors de leur amour rien ne va plus jusqu’au jour où un couple leur propose une vie idyllique, mais en échange de quoi ? Belle écriture, facile à lire, captivant.

Echanges à propos de Michel Butor (récemment décédé).

Sylvie : « une parole juive contre le racisme » Collectif UJFP. Parler du racisme sans distinguer les communautés ; en refusant notamment de mettre l’accent sur l’antisémitisme par rapport aux autres racismes.

Joëlle : « le temps où nous chantions » de Richard Powers. La vie d’un couple mixte aux USA. Elle est noire, lui juif blanc ayant fui l’Allemagne nazie. Ils ont 3 enfants et refusent de leur imposer une couleur de peau. Ils les élèvent dans la musique classique et les protègent du monde extérieur.

Olga : « le pays de la liberté » de Ken Follet. Au 18ème siècle en Ecosse dans les mines de charbon où les gens travaillent de 7 ans à leur mort, un quasi esclavage. Un jeune homme se révolte, rejoint Londres, travaille comme docker et organise une grève. Il est condamné à 7 ans de travaux forcés en Amérique…où il rencontrera Lizzie.

Alain : Erri de Luca « pas ici, pas maintenant » A 60 ans le narrateur s’adresse à sa mère (décédée) après avoir retrouvé une photo d’elle lorsqu’elle avait une trentaine d’années.

Rappel :foire de Boëge le 17 septembre, l’UP tient un stand, toute aide est bien venue.

Claude propose de faire venir Manuel Pratt pour un spectacle de théâtre, idée à retenir.

Assemblée générale de l’UP le 11 octobre, lieu pas encore fixé.

Échanges de livres :

Catherine à Monique : « la mécanique du cœur »

Michèle à Olga : la femme de nos rêves de D Van Cauwelaert

Claude à Isabelle : « on dirait nous »

Alain à Catherine : « pas ici, pas maintenant »

Annie à Martine : « l’amie prodigieuse »

Sylvie à Joëlle : « le ventre de l’atlantique » de F Drome

Olga à Christophe : « le pays de la liberté »

Commenter cet article