CAFÉ LECTURE 2 JUIN 2015

Publié le par Alain

Eduardo GALEANO
Eduardo GALEANO

Boëge Café lecture UPVV du 02 juin 2015

Seize lecteurs réunis le 2 juin : Germaine, Catherine, Joël, Isabelle Pavard, Sylvie, Jocelyne, Annie, Isabelle Duret, Alain, Joëlle, Monique, Yves, Denise, Arlette, Bernard.

Catherine : « Profanes » de Jeanne Benameur. Un chirurgien à la retraite âgé de 90 ans organise une équipe de 4 personnes choisies avec soin pour accomplir différentes tâches. Etude de caractères. « La nonne et le brigand » de Frédérique Deghelt. Deux histoires parallèles qui se recoupent : une femme mariée, chercheur tombe amoureuse d’un reporter, est invitée chez un inconnu. L’histoire aussi d’une nonne qui rencontre un brigand dans un cahier. Bien écrit.

Isabelle Duret : « L’intelligence du cœur » d’Isabelle Filiozat. L’auteure est psychothérapeute, elle met en évidence l’importance des émotions, essentielles pour communiquer et convaincre. Un ouvrage pas trop technique, concret.

Joëlle : « Gaza 1956 » en marge de l‘histoire de Joe Sacco. Un journaliste interroge en 2003 les personnes qui ont vécu ce massacre de Palestiniens, témoignages, au même moment l’affaire de Suez avec Nasser en 1956 détournait l’attention. Dans « L’âge de Faire » un article sur les crieurs publics notamment à la Guillotière, à la Croix-Rousse (Lyon) qui annoncent les nouvelles du quartier. On en trouve dans plusieurs communes. Bernard en 1940 à Annemasse, Jocelyne, Germaine se rappellent des gardes-champêtres vus dans leur jeunesse.

Annie : « Un paradis trompeur » d’Henning Mankell. En 1905 une jeune fille part de Suède en direction de l’Australie pour gagner sa vie. Son voyage s’arrête au Mozambique où elle devient patronne d’un bordel où les prostituées sont noires. Ambiguité des relations, domination des Européens, sur l’Afrique, un aperçu des habitudes des autochtones plus civilisés que le système mafieux des Blancs, chacun est dans son identité et dans son rôle. A la médiathèque.

Isabelle Pavard : « Je n’ai pas toujours été un vieux con » d’Alexandre Feraga. L’auteur qui a 34 ans publie son 1er roman et se met dans la peau d’un vieux râleur. Plein d’humour, sympa à lire.

Germaine : Revient sur « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » avec la recette de la tourte élaborée en temps de guerre avec ces fameuses épluchures de patates.

Sylvie : « Numéro zéro » d’Umberto Ecco. Un groupe de journalistes milanais fonde un journal de pressions. Lorsqu'ils partent à la recherche de vieilles affaires passées sous silence et concernant Benito Mussolini. Sylvie n’a pas du tout accroché et vite abandonné de même « le pendule de foucoult » ne l’avait pas du tout intéressée. « Pour une lecture profane des conflits » de Georges Corm. réflexion de fond qu'invite pour comprendre les logiques de guerre qui déchirent le Proche et le Moyen-Orient depuis la fin de la guerre froide. Des conflits le plus souvent justifiés par la thèse débilitante du « choc des civilisations » et de la lutte contre le terrorisme « transnational » islamiste. Popularisée dans le monde entier, cette thèse a imposé une vision binaire du monde qui n'en finit plus d'enfler, au point de fabriquer toujours plus de violence.

Joël : « Les veines ouvertes de l’Amérique latine » d’Eduardo Galeano Uruguayen mort en avril 2015. l'histoire du pillage des ressources naturelles de l'Amérique latine depuis le début de la colonisation européenne des Amériques jusqu'à l'époque contemporaine, par les Empires coloniaux d'abord (entre le XVIe siècle et le XIXe siècle), puis par les États impérialistes (entre le XIXe siècle et le XXe siècle). Il a aussi publié « dictionnaire du nouvel ordre mondial » avec des définitions humoristiques mais qui visent juste.

Chantal : « Le bouquiniste Mendel » de Stefan Zweig. Un de ces portraits comme il sait les ciseler sans concession. Une nouvelle très sombre. L’auteur qui est autrichien s’est exilé et s’est donné la mort avec son épouse en 1942.

Monique : « Complètement cramé » de Gilles Legardinier. La non relation des personnages s’organise autour du personnage principal. Bien écrit.

Yves : « Les autres c’est toujours rien que des sales types » de Jacques A. Bertrand. Des portraits humoristiques allant de l’Optimiste à l’Elu. Plusieurs ouvrages de l’auteur à la Médiathèque. Livres prêtés : « Profanes » de catherine à Chantal « La nonne et le brigand » de Catherine à Monique « Anima » se trouve chez Yves et Chantal

Informations : Café repère lundi 15 juin 20h au Monaco à Fillinges.

ALTERNATIBA Léman Festival des initiatives locales pour le climat du 18 au 20 septembre 2015 à Plainpalais Genève recherche des bénévoles en grand nombre, inscriptions sur https://alternatiba.eu/leman

Prochain café lecture avant la pause mardi 7 juillet 20h à la Diligence à Boëge

Commenter cet article